Bienvenue à Hanches !
Bienvenue à Hanches !
Bienvenue à Hanches !

Hanches et son patrimoine

Les bâtiments singuliers de Hanches

La ferme du Bois de Fourches

Située sur une colline à 148 m, elle domine les villages et hameaux environnants. Ancienne seigneurie, le Bois de Fourches fut, entre 1684 et 1694, fréquenté par les architectes, les inspecteurs des fortifications et les géomètres de Louis XIV. Le canal amenant l’eau de l’Eure jusqu’à Versailles devait, après avoir franchi la rivière à Maintenon, passer en effet à proximité de ce point culminant. Elle est aujourd’hui un centre de recherches sur les semences.

La ferme du Loreau

Seul reste d’une importante fortification féodale dominant Hanches et Épernon et ancienne seigneurie, le château des Loreaux, déjà ruiné, fut définitivement détruit par la construction de la ligne de chemin de fer en 1835, puis par la guerre de 1870. La ferme actuelle formait autrefois la « basse-cour » du château.

La Tour Neuve

ZoomAncien manoir seigneurial ayant appartenu, au XVIe siècle, à la famille de Champrond d’où est issu le blason de Hanches, la ferme de la Tour Neuve, propriété au XVIIIe siècle du duc d’Antin, Louis de Pardaillan de Gondrin est aujourd’hui reconverti, sous l’appellation « Les hauts de Pardaillan » en salles et salons accueillant séminaires et fêtes de famille, et en chambres d'hôtes.


ZoomUne motte féodale, reste d’une tour donjon du XIIe siècle, subsiste à proximité.



La ferme et le château de Morville

ZoomLa ferme de Morville possédait au XVIIesiècle des parcs à la Française. Elle fût une halte royale lors des tournées d’inspection de Louis XIV à Maintenon. Cet ancien manoir seigneurial, récemment restauré, abrite aujourd’hui un centre de formation pour les ouvriers du bâtiment. Le château neuf de Morville, propriété privée située à proximité, date du XVIIIe siècle.

Le domaine du Colombier

ZoomLe manoir seigneurial de Hanches, aujourd’hui domaine « du Colombier » était vers 1300 propriété de la famille de Vignay. Il comprenait un hôtel seigneurial, cour, jardins, colombier, pressoir, le tout clos de murs, attenant d’une part à la rivière et de l’autre au chemin de Hanches à la Tour-Neuve. Le domaine intégrait également le moulin à eau de Hanches, utilisé par les habitants de Hanches et du Bois de Fourches. Le manoir seigneurial de Hanches devint partie intégrante du château de Morville vers 1550.

Cette propriété est aujourd’hui un siège de projets événementiels, elle propose toutes les possibilités d’organisation de séminaires ou d’événements privés. Le Colombier offre également 3 chambres d'hôtes, deux suites et un gîte.

L’église de Hanches

Eglise de Hanches derrière les blésL’église de Hanches, aujourd’hui à l’écart du centre bourg, se remarque de loin avec son clocher-tour. Le village de Hanches était situé au croisement de l’ancienne voie romaine de Saint-Germain-des-Prés, par Saint-Léger, vers Chartres, et du chemin venant de Paris par Rambouillet allant également vers Chartres. On pense que le site présentait depuis des siècles un centre religieux attractif.

L’église fut construite – ou reconstruite – au XIe siècle par les moines du monastère de la Trinité de Seincourt (aujourd’hui Prieuré saint Thomas d’Épernon), alors situé sur le territoire de Hanches.

L’église ne comprenait alors que la nef et le sanctuaire. Elle était éclairée du côté sud par trois fenêtres dont deux subsistent en partie. Le sanctuaire en hémicycle, plus étroit, est étayé de trois contreforts extérieurs dont un plus récent. L’église fut remaniée au XVe siècle, peut-être consécutivement à la Guerre de Cent Ans, par l’adjonction d’un puissant clocher-donjon en grès servant de tour de guet, des aménagements de nef latérale et d’une sacristie. Le bas côté actuel en appentis, au nord, est d’une époque incertaine. Il est séparé de la nef par une succession d’arcades, disposition que l’on retrouve dans plusieurs églises des environs.

Dans la sacristie, on remarque sur une poutre un écu représentant les armes de la famille de Champrond, seigneur de Hanches dès 1536 et une peinture assez effacée représentant Saint Germain. Au fond de la nef, plusieurs pierres tombales rappellent que les différents curés et vicaires de Hanches étaient inhumés dans l’église. Alexandre de Tranchelion, seigneur de la Tour-Neuve, et sa veuve Françoise de Boislève furent également inhumés près de l’autel de la vierge en 1663 et 1686.
 
Dans la tour, 125 marches mènent aux étages du clocher. Une horloge mécanique fut posée en 1783, remplacée par une horloge électrique en 1937. Le clocher possédait trois cloches : la grosse, la moyenne et la petite. Il n’en possède aujourd’hui que deux : une grosse cloche bénie en 1806 « Thérèse » et une petite en 1834 « Maria Séraphine ».
 
Les derniers travaux de restauration de l’église datent de 2003 : réfection de la tour, de sa toiture en ardoise, pose d’un nouveau coq et remise en état de la toiture en tuiles de la nef. A cette occasion, un nouveau coq fut posé sur le clocher qui donna lieu à la traditionnelle "Fête du Coq".

La rivière, les ponts, les moulins et les lavoirs

La rivière :

Hanches est traversé par la Drouette, rivière qui prend sa source aux étangs de la forêt de Rambouillet (Étang d’or et Étang de la Tour) et se jette dans l’Eure à Villiers-le-Morhier.

Deux rivières rejoignent la Drouette à Epernon : la Guéville, qui prend sa source près du parc du château de Rambouillet, et la Guesle, qui prend sa source en forêt de Poigny, aux Étangs de Guiperreux. Le Ruisseau d’Houdreville rejoint la Drouette à Vinerville (ou Vinarville).
 
La Drouette et ses affluents font partie du réseau hydrologique du Bassin Seine-Normandie.
 
 Pour en savoir plus : dictionnaire des canaux et rivières de France.

ZoomLa Drouette ou canal Louis XIVDe 1684 à 1688, la Drouette fut aménagée et canalisée pour recevoir les barges de transport de matériaux alimentant le chantier de construction de l’aqueduc de Maintenon. Les matériaux, grès et meulière, étaient extraits des carrières de Hanches, Droue et Épernon. Des ponts, des écluses et des moulins furent construits avec cet aménagement.

En raison de cette canalisation, la Drouette est également appelée « Fausse rivière » ou « Canal Louis XIV ». (à ne pas confondre avec le canal Louis XIV, canal à ciel ouvert qui devait dériver l’Eure de Pontgouin à Versailles, en passant par le Bois de Fourches, et dont l’aqueduc de Maintenon est un des principaux vestiges).
 

ZoomLe canal de MorvilleHanches possède un second cours d’eau prenant sa source au Paty : le Ruisseau de Morville, qui traverse la propriété du château de Morville et alimente le « canal de Morville », canal privé appelé aussi « rivière morte ».

Au XVIIIe siècle, ce canal de Morville constituait la bordure des jardins à la française du château de Morville, actuel C.P.O. Le ruisseau de Morville se jette dans la Drouette à Hanches, près du Val des Granges.
 
Deux bras latéraux ou biefs alimentent les anciens moulins et rejoignent ensuite la rivière :
- le bief du moulin de Vinerville et son bras de décharge,
- le bief du moulin de Hanches et son bras de décharge.

(le bief est un canal de dérivation conduisant l’eau sur une roue hydraulique de moulin).

Les ponts :

D’amont en aval, la Drouette et ses biefs sont franchis par 9 ponts ou passerelles :

Tableau d'images

pont sur le bief de VinervilleZoompont sur le bief de Vinerville

pont sur la Drouette à VinervilleZoompont sur la Drouette à Vinerville

passerelle métallique qui relie Hanches au PatyZoompont des Soupirs

pont de pierre sur le chemin du château de MorvilleZoompont Borgeat

reconstruite en 2006Zoompasserelle de la rue de l'Abreuvoir

pont datant des années 1970Zoompont du Val des Granges

pont qui marque la limite entre Hanches et Saint-Martin de NigellesZoompont des Quatre Pierres

Les moulins

Deux moulins à eau fonctionnaient à Hanches le long de la Drouette.

Ces moulins étaient alimentés chacun par un bief et une retenue d’eau, parallèles à la Drouette. Sur le bras de contournement, une écluse sur la rivière, à proximité de chaque moulin, permettait le passage des barges.

- Le moulin de Vinerville :

Zoomle moulin de Vinerville

Zoomancienne écluse du moulin de Vinerville

- Le moulin de Hanches :

Moulin situé rue de la Barre, dont on peut voir la roue à aubes le long de la RD 906.

Le moulin avant son incendieZoomLe moulin de Hanches en 1910

Le Moulin de Hanches aujourd'huiZoomLe Moulin de Hanches aujourd'hui

roue à audes du moulinZoomRoue du moulin de Hanches

Ancienne écluse du moulin de HanchesZoomAncienne écluse du moulin de Hanches

Les lavoirs

Quatre lavoirs communaux permettaient aux lavandières hanchoises, jusqu'au milieu du XXe siècle, le nettoyage du linge.

- le lavoir communal « de la Billardière » :

ZoomLe lavoir communal de la BillardièreCe lavoir, situé au bout de la rue de l’Abreuvoir, reconstruit en 1911, a été récemment restauré par la Communauté de Communes du Val Drouette.

ZoomLe mécanisme du lavoir de la BillardièreCe lavoir a la particularité de posséder un plancher mobile, remis en état, qui s’adaptait aux variations de niveau de la rivière.

Il a été inauguré le 27 octobre 2007 (voir l'article).

- le lavoir communal « de la Ruelle » ou « du Moulin » :

Lavoir communal de la ruelleZoomLavoir communal de la ruelleCe lavoir, situé sur le bief du moulin de Hanches, construit également en 1911, est visible uniquement lors des journées du patrimoine (ruelle fermée donnant rue de la Billardière).

- le lavoir de la prairie, sur le ruisseau de Morville (lavoir du ruisseau) :

Lavoir du ruisseauZoomLavoir du ruisseau Ce lavoir-fontaine, situé au bout du chemin des ateliers municipaux, également reconstruit en 1911 à l’emplacement d’un ancien lavoir, possède un bassin en façade dont les eaux s’évacuent dans le ruisseau. La charpente et la toiture de ce lavoir ont été restaurés par la commune en 2007.

- le lavoir du Paty :

ZoomLavoir du PatySitué rue de la prairie, ce lavoir, en mauvais état, est alimenté par une source. Sa restauration est programmée.


Un cinquième lavoir, situé près du pont des Quatre Pierres, sur la commune de Saint-Martin-de-Nigelles, est aujourd’hui ruiné. 
D’autres lavoirs, privés, jalonnaient la rivière. Il en subsiste quelques uns.